Protégez votre royaume pour la gloire.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Kurayami Akuryou !

Aller en bas 
AuteurMessage
Akuryou
Elfe Noir Divin
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Type de combattant: Maître d’arme
PV:
1500/1500  (1500/1500)
PM:
1500/1500  (1500/1500)

MessageSujet: Kurayami Akuryou !   Mar 19 Fév - 20:53

Avez vous lu le règlement ? Non je suis un boulet (C'est nul =___=) xD
Nom : Kurayami
Prenom : Akuryou (Aku')
Race souhaitée : Elfe
Spécialité souhaitée : Maître d'arme
grade souhaité : J'ai appris que vous aviez besoin d'un chef de race pour les efls, j'aimerais ce dernier ^^

Histoire
Lune interminable, univers opaque, grondement, tornade, séisme ! Rare étaient les moment de repos ; front contre genoux, bras autour de la tête, elle pensait, elle écoutait, elle aspirait à ne pas exister car elle savait que son existence allait être méprisée. Mais la vie était là, transparente. Elle était aveugle. Qui suis-je ? demandait-elle à la Mort accroupie à ses pieds. Celle-ci grogna et ne répondit point. Où suis-je ? demanda-t-elle, entendant des rires ou des voix qui disaient : ‘Ce sera sûrement un garçon ! Il bouge, il a la rage en lui !!’ Peu lui importait qui elle serait. Elle était déjà lasse d’attendre, d’être elle, le centre du monde. Elle entendait murmurer que le garçon serait appelé Hiroki. On parlait de vêtements, de couches, de fêtes… On interdisait même de prononcer ce nom de peur que les démons s’emparent de son âme.
Au fond du lac, dans les eaux de couleur sépia, elle pivotait, se recroquevillait, se déployait, pirouettait. De jour en jour, son corps enflait, se pesait, l’étranglait… Elle aurait voulu être une pointe d’aiguille, un grain de sable ou encore le reflet du soleil dans une goutte d’eau. Un souffle la soulevait et elle se balançait. Elle s’indignait contre elle-même, contre la femme qui était sa geôlière, contre la Mort mon unique amie. Elle avait pitié de ces êtres fervents, avides et affables. Ils ne savaient pas encore qu’elle allait détruire leur monde pour reconstruire le sien. Ils ne savaient pas qu’elle allait apporter la délivrance par les flammes !
Un nuit, elle sursautait, les eaux bouillonnaient. Des vagues furieuses s’écrasaient contre elle. Blottie, elle luttait contre la peur en se concentrant sur la respiration. Elle glissait entre les rochers, son corps saignait. Sa peau se déchirait… Tout d’un coup, quelqu’un la tira par les pieds et la tapa sur les fesses. La tête en bas, elle vomissait ses pleures. On l’enveloppa dans un tissu qui l’écorchait. On entendit par la suite, la voix anxieuse d’un homme…
" Garçon, ou… fille ? "
Personne ne répondit. L’homme s’empara du bébé et tenta de déchirer son tissu mais on l’en empêcha.
" Encore une fille mon seigneur. "
" Ah ! s’écria l’homme avant de fondre en larme. Tué là, comme sa sœur aîné… "
" B-bien… "
" Non ! Cria une femme en larme… "
" Il le faut bien, déclara l'homme, il nous faut un fils pour ma succésion et non une fille ! Donne-moi un fille sale chienne !"

Description physique
Par où commencer ? Bien sur, il faut un début à tout, même une fin... Je suis désolée si c'est un peu en vrac. x) Passons donc à ma petite protégée.
Kurayami est une belle jeune fille. Un corps parfais, rien à redire, les formes d'une femme parfaite. Kura' porte la plupart du temps des tenues... Comment dire... Choquante ? Indécente ?Oui, c'est ça, indécente... Habillée en noir, portant une mini-jupe (Auradukultakamate -> Dite ça rapidement, vous verrez, c'est tripant... [En prononciation Japonais bien sur. Car ça veut dire mini-jupe en Japonais ! ¤rigole¤] xD) et un haut très décolté et large qui laisse apparaître une peau atrocément blanche. Sur son côté gauche, elle possède deux tatouages, même trois. Un sur l'épaule, en gris, représentant un symbole diforme et sans intérait, elle voulait juste se faire tatouer. Le deux se situe au dessus de son sein. Dès sa naissance, elle possédait cette marque... Maudite ? Puis, le troisième, se trouvant entre les deux premiers. Avant que cela ne devienne un tatouage, s'était une blessure qu'elle avait eu lors d'un combat contre une créature... Pour montrer cette blessure assez impressionnate, elle décida de la représenter. Il y en a une autre se trouvant sur sa joue gauche qui ressemble à trois griffures. S'était en faite, un coup de patte donné par cette créature. Trouvant que ça lui donnait un look charmant, elle les garda comme ça, en les tatouant. Bon, passons au visage. Un petit nez au mileu de la figure. Deux yeux d'une couleure verte merveilleusement remarquable ! Des cheveux long, attachés à l'arrière, llaissant deux mèches partirent devant. Puis, sur le frotn, une autre marque qu'elle reçu là aussi à sa naissance.

Description mentale
Aku'... Elle... Elle est si... sauvage ! Nan, sans rire. Bon, reprenons.
Aku' possède deux personnalitées dirons-nous. Oui, une gentille tout mimi et tout et tout, et l'autre, toute Sadique, perverse et voilà quoi, une double personnalitée classqiue. (Un peu comme dans Elfen Lied avec le personnage Nyu/Lucy. Comment, vous ne connaissez pas ?! Bande de... de larves isgnifiantes et ignards !) Mais cette personnalité ne fait pas tout le temps surface. Ce que je veux dire, c'est que la pluapart du temps, elle est du côté noir, du côté 'méchant' et non 'gentille'. En faite, ça personnalité toute gentille revient quand elle est émergée d'un grand sentiment... (Tristesse ou pitié) N'arrivant pas à le contenir, elle parrait tout de suite douce et une insignifiante petite chose.
Une chose aussi à savoir, c'est que Aku' s'ennerve rapidement, très rapidement. On aime pas qu'on fasse des remarques sur son comportement, ou son physique ou autre. Si elle a une idée en tête et qu'elle veut la suivre, elle le fera, rien ne l'en empêchera.
Cette jeune fille, pourtant belle qui semblerait ne pas faire de mal à une mouche prouve tout le contraire ! Véritable combatante, elle n'hésitera pas à tuer ses adversaires que ce soit femmes, enfants ou autres. On pourrait croire que son coeur est entouré de haine... Et c'est le cas, le croit-elle...


Dernière édition par Akuryou le Mar 19 Fév - 22:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://redcdn.net/ihimizer/img260/1735/rikugj7.jpg
Mithos
Admin & Ange Divin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/10/2007

Feuille de personnage
Type de combattant: Magicien
PV:
1500/1500  (1500/1500)
PM:
1500/1500  (1500/1500)

MessageSujet: Re: Kurayami Akuryou !   Mar 19 Fév - 21:03

Bienvenue à toi

Nous attendons un beau test RP pour un Grade de chef, mais si tu t'en sens capable, je n'y vois pas d'inconvénient, j'ai même plutôt hâte.
Pour la première question, je sais que c'est nul, mais c'est pour être sur que le règlement soit lu, personne ne mettrai naturellement qu'il na pas lu le règlement et qu'il est un boulet...

_________________
Ce n'est pas Dieux que les gens craignent, c'est la terreur qu'il incarne


Cliquez ici pour aider le forum: http://www.root-top.com/topsite/korben/in.php?ID=5159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akuryou
Elfe Noir Divin
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Type de combattant: Maître d’arme
PV:
1500/1500  (1500/1500)
PM:
1500/1500  (1500/1500)

MessageSujet: Re: Kurayami Akuryou !   Mar 19 Fév - 21:12

Test RP
[Sur Naruto...]

Il faisait beau aujourd’hui, malgré qu’il y avait beaucoup de nuages qui cachaient la plupart du temps les rayons du soleil. Le vent soufflait à un rythme régulier faisant envoler les certaines feuilles mortes qui étaient tomber au sol ou encore en décrochant certaines encore en vie de leur branche d’arbre qui virevoltaient jusqu’à en tomber par terre.
Une ombre dans ce décor. Moi. Assise sur le dos d’un cheval blanc. Moi. Kurayami , fille d'une famille riche et connue, déserteuse de Yuki no Kuni. Je fuyais mes devenirs de princesse, je ne voulais gouverner, je voulais me battre, je voulais être une Combattante digne et fière. Je voulais être respectée par les autres, je ne voulais personne à mes pied en train de me prier ! De m’aimer ! De me supplier ! Je ne voulais être mariée à un mari destinée depuis ma naissance. Quel statut cruel que je tenais, je ne pouvais choisir l’élu de mon cœur, m’être idolâtre que je cherchais. Je soupirais.
Je regardais partout autour de moi, totalement sur mes gardes, comme toujours. Je me croyais déjà une guerrière puissante alors que j’avais beaucoup à apprendre encore. Ma monture avançait lentement et d’un pas régulier. Chacun de ces pas résonnaient comme un ‘clap’ dû à ses sabots et laissaient échapper de la poussière autour de ces derniers.. Sa queue blanche fouettait les divers insectes qui se posaient sur lui. Une longue crinière, blanche aussi, cachait à moitié ses yeux d’un noire profond. Je n’avais pas mis de celle pour monter ce magnifique cheval. Je n’avais juste les rênes. Ce cheval suivait la route, je n’avais à le diriger. A ma gauche, une forêt. J’étais à la lisière de celle-ci. A droite, une énorme étendue d’eau d’un bleu magnifique, l’océan. Nous somme facilement repérable ici. Je m’en fichais. Si quelqu’un me cherche ou qui veut se battre contre-moi, qu’il vienne, je l’attends d’un poing ferme.

Silencieuse, droite et gracieuse que j’étais. Je pensais à un de mes souvenirs en regardant cette eau et en sentant le cheval en dessus de moi. Etant née d’une famille riche, j’en avait eu des cheveux. En ce temps, j’habitais dans une campagne au moment des vacances.


OoO Flash Back OoO

A la compagne, les femmes n’étaient pas instruites. Excellentes comptables, bonnes ménagères, quelques chiffres, quelques idéogrammes leur suffisaient à mesurer l’univers aux dimensions de leur esprits. Toute la journée, dans une maison, trois génération de femmes filaient, tissaient, brodaient… Mère n’avait jamais eu de contact avec ce monde là. Ignorant les métiers manuels, effrayée par les plaisanteries osées, gênées par les conversations impudiques et les rires à gorge déployée, elle fuyait la foule et se réfugiait dans la solitude. Cette singularité tracassait. Les femmes interprétaient ce silence comme du mépris. Les quolibets, les insultes lancées à voix haute de l’autre côté du mur s’écrasaient dans notre cœur.

« Quand on épouse un coq, on devient poule. Quand on se marie à un chien, on devient chienne. Quand on a épousé un roturier, on est roturière. Elle n’est pas plus noble que nous ! Parasite ! »

Impassible, Mère tournait son chapelet. On ne lui avait pas apprit à se défendre. Elle ignorait l’injustice de ce bas monde. La ferveur religieuse la rendait sourde et aveugle à la misère.
Tandis que mère fuyait cette campagne, moi j’étudiais, je dressais. Mon oncle possédait des cheveux de différentes races et m’apprenait des choses sur ces derniers. Il m’apprenait à les monter et à galoper avec à travers les chants. C’était merveilleux, un des seuls bons souvenirs que j’ai. Sentir le vent sur ma figure blanchâtre, sentir mes cheveux au vent…


OoO Fin du Flash Back OoO

J’avais beaucoup avancé en reprenant mon esprit. C’était comme si je m’étais endormie, comme si j’avais eu une vision, que je vivais encore une fois un partie de cette vie. Le cheval avait toujours la même allure. Il ne semblait pas être fatigué. Je regardais le ciel, il était devenu nuageux. J'approchais de ma destination, je cherchais et convoitait une simple organisation, je ne voulait faire partie d’un village comme tout ces autres crétins, je voulais vraiment servir à quelque chose mais surtout, je voulais me venger. Un jour, il m’avait sembler entendre parler d’une toute petite organisation qui était contre l’Akatsuki. C’était cette organisation que je cherchais. Je voulais me venger de cet Akatsuki cruelle et sans pitié. Prise de colère, je sortis l’un de mes deux Katana de sa faux et trancha une branche qui tombait devant mon cheval. De peur, ce dernier bascula en arrière. Ne m’attendant à ça, je glissa par terre, ma tête se cognant au sol. Je perdis connaissance, je voyais flou, je respirais lentement, j’étais prise, encore une fois, dans une sorte de vision.

« ... »

OoO Flash Back OoO

Une dizaines de femmes veillaient sur ma croissance. Trois me nourrissait. L’une poussait mon berceau. Une autre agitait un éventail pour chasser les insectes volants qui s’était introduits dans cet univers parfumé. Mon appétit effrayait Je riais déjà. Mes yeux, grosses perles vertes, roulaient dans leurs orbites. Je regardais le monde jour et nuit sans vouloir s’endormir. Son agitation inquiétait ma Mère. C’est pour cela qu’elle avait fait appel à des moines exorcistes… Mais personne ne réussissait à expulser le démon qui m’habitait.

A mes trois ans, mon existence donnèrent l’occasion d’une célébration. Ma Mère avait fait ouvrir le pavillon au milieu de l’étang et avait réuni de la familles et des amis pour un banquet somptueux. Dans la salle entourée des eaux scintillantes, je circulais. On me caressait, me flattait. Une dame m’avait offert un bracelet de couleur vert. Elle était persuadée que mes yeux verts exprimaient de l’intelligence. Une autre fit porter neuf lingots d’or sur un plateau d’argent, disant que mon front large présageait un avenir placé sous le signe d’un mariage riche et heureux. Ma Mère était contente. On déroulait un tapis de soie au sol puis on me plaça au centre. Autour de moi, on sema cinq ou six objets. Donc une boite à fard de Beauté, une plume de Poésie, Un l’abaque du Commerce, un livre de Sagesse, un Katana de Combattante. Je devais choisir l’un des cinq objets pour savoir ce que j’allais devenir plus tard. Sous le plus grand malheur de ma famille, j’avais attrapé le Katana.
Ayant peur que je devienne une guerrière comme le présageait mon avenir, mes parents commencèrent à me mépriser. Mais quelqu’un était venue pour montrer à mes parents qui avait tord de la traiter ainsi.
‘Hé bien ! Il ne faut pas s’en affliger ! A notre époque, les femmes sont capables de mille prouesses. Autrefois, la grande princesse de Yuki no Kuni a combattu pour son père. Ta fille a le front bombé pour recueillir le souffle céleste, les prunelles lumineuses, la mâchoire ferme, les lèvres généreuse, elle a touché le Katana de son père, formidable ! Ma chère, habille-la en garçon, donne-lui une éducation digne de sa détermination !!’

Le royaume où Père régnait en maître absolu se divisait en deux parties. Le quartier du Devant était réservé aux hommes. Intendants, secrétaires, comptables, cuisiniers, pages, valets, écuyers, gardes, laquais s’affairaient dès l’aube. Militaires et fonctionnaires recevaient des ordres et s’en aillaient à cheval. Des troupes de soldats s’entraînaient toute la journée dans la cours latérale. Ce monde viril s’arrêtait devant un portail pourpre. Derrière le haut mur couleur neige, vivaient des centaines de femmes, vieilles, jeunes, fillettes… Elles portaient des chignons piqués de fleurs, des anneaux de jade noués à leur ceinture de soie. Elles se levaient à l’aurore et se lavaient au crépuscule. Fleurs du jardin de mon Père, elles s’épanouissaient pour concourir la beauté d’une seule personne. Balayeuses, servantes, tailleuses, brodeuses, porteuses, nourrices, cuisinières, gouvernantes, intendantes, dames d’atours, chanteuses, danseuses, elles s’avançaient lentement et parlaient à voix basses.

Un jour, on appris le décès de mon père par une organisation… L’akatsuki…. La Lune Rouge ? Je n’avais jamais entendu parlé de cette organisation, mais j’appris très vite qu’elle était la cause de nombreux meurtres. J’étais en rage.
Le lendemain, dans l’ancienne chambre de Père, j’assistais à l’Appel de son âme. Le cercueil et les offrandes furent placés derrière un rideau à gaze. Les membres de la famille déchirèrent leurs vêtements et se frappèrent le front contre le sol en poussant des lamentations. Le sorcier dansa jusqu’à qu’une voix puissante s’élève de sa gorge. Face au Nord, où se situe le Royaume des Ténèbres, il agitait une tunique de Père et l’interpellait en chantant :


« Ame, reviens !
Pourquoi as-tu quitté ton corps ?
Désolée et esseulée, tu erres aux quatre coins du monde !
Ame, ne va pas à l’Est ! Là-bas, dix soleils ont asséché les mers, incendié les champs. Ils te séduiront par l’éclat de leurs flammes et te brûleront en cendres !
Ame, arrête-toi devant le grand marécage du Sud ! Les serpents vénéneux s’enrouleront dans la boue et leur venin a empoisonné la brume. Ils se changeront en belles femmes nues et vêtues de colliers d’or. Elles t’étoufferont avec leur langue souple et boiront ton sang !
Ame, ne va pas vers l’Ouest ! Les sables du désert dissimulent l’abîme du monde. Les tempêtes soulèvent les cailloux et blanchissent les squelettes. La terre gronde depuis la création de l’Univers. Les vautours aux trois yeux, les ânes sourds et aveugles se livrent une guerre éternelle.
Ame, ne franchis pas les glaciers du Nord. Les ours aux neuf têtes gardent la porte céleste. Les flocons de neige couvrent les scorpions de jade qui guettent les âmes errantes. Leur venin pétrifie les vivants et liquéfie les morts !
Ame, reviens à la maison ! Ici, la famille te fait l’offrande. Voici le riz blanc, le riz brun, le millet ! Voici la soupe au bœuf, le pot-au-feu de dinde, le sauté à la chair de tortue. Voici le vin de tous les pays, nectar terrestre, douce ivresse ! Voici le lit tendre, les couches de soie, les coussins moelleux, les belles femmes plus parfumées que les orchidées ! Ame, n’as-tu pas la nostalgie des regards tendres, des bouches charnues, des mains caressantes ? Ame, as-tu oublié les nuits d’amour, les plaisirs de printemps ?
Ame, reviens à ton corps ! La fête commence et on attend que tu composes le poème de la célébration !
Ame, te voilà ! Oublie les cris des fantômes, le monde sans ombre où la lune pâle ne se couche jamais. Te voilà qui reprend ton habit… ! »

Le sorcier s’effondra. L’assistant sorcier retira la tunique d’entre ses mains inerte et s’éclipsa derrière le rideau..
L’âme revint du Sud. Après une vie de conquêtes, mon père, qui avait changé son destin en quittant la terre de ses ancêtres, retourna à la maison natale. Sa fin rejoignait son commencement…


OoO Fin du Flash Back OoO

Mes yeux s'ouvrèrent lentement. J'avais mal à la tête. Je voyais flou. Je me relevais, assise. Peu à peu, ma vue revint. Mon cheval était plus loin, en train de brouter de l'herbe fraiche. Mon Katana était étendu le long de mon corps. Je l'attrapa de ma main droite et me releva lentement, me tenant la tête avec mon autre main, la gauche. Je rangea mon arme là où elle devrait être. Quelle crétine que j'étais. Je n'avais pas pensée que cette branche d'arbre tomberait devant nous et aurait fait peur à ma monture.
Je regardais autour de moi. Je ne reconnaissais rien. Le choc avait dû être violent. J'étais devant une sorte de repère... Le repère d'Hebi ? Oui. Enfin à destination... J'attendais là, comme une vulgaire pierre. J'avais reprit mon cheval qui était à côté de moi, je le tenais par les rênes...




Je comprends x) Bref, j'ai terminé ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://redcdn.net/ihimizer/img260/1735/rikugj7.jpg
Mithos
Admin & Ange Divin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/10/2007

Feuille de personnage
Type de combattant: Magicien
PV:
1500/1500  (1500/1500)
PM:
1500/1500  (1500/1500)

MessageSujet: Re: Kurayami Akuryou !   Mar 19 Fév - 21:19

Validé, rien à redire c'est du bon niveau, présentation soigné, peu voir pas de faute et un contenu intéressant, c'est du beau RP
Ce sera un plaisir de jouer avec toi.
Tu n'as plus qu'à faire ta fiche technique en tant que Divin Elfe, moi je te met ta couleur et ton grade...
Bon jeu parmi nous

_________________
Ce n'est pas Dieux que les gens craignent, c'est la terreur qu'il incarne


Cliquez ici pour aider le forum: http://www.root-top.com/topsite/korben/in.php?ID=5159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kurayami Akuryou !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kurayami Akuryou !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission de Rang A : L'Emprise d'Orden, Partie 1 [Yashira Mugen, Seki Rikku, Kurayami Raiko]
» Calepin d'Ayano Kurayami
» ''JE VEUX DEVENIR PLUS FORT !!!'' [PV Kurayami- Irène]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume d'Hélion :: Introduction :: Présentation-
Sauter vers: